Kintsugi, la merveilleuse renaissance d'une tasse.

Cette semaine j'ai eu envie de vous parler d'artisanat, d'art, ou d'artisanat d'art, je ne sais pas. Où commence l'un? Où s'arrête l'autre? La frontière entre les deux est ténue.

Vous n'êtes pas sans savoir que l'Asie est un continent qui me passionne depuis toujours - passion renforcée  par mon expérience passée dans le thé et mon interêt pour le feng-shui - et m'attire énormément, par sa richesse et sa délicatesse, surtout dans ces deux mondes liés. 

 

C'est donc du Kintsugi dont je voulais vous parler. Art Japonnais permettant de réparer les céramiques brisées avec de la laque saupoudrée d'or, le mot Kin signifiant "Or" et Tsugi "jointure".

Le maitre Kintsugi peut utiliser d'autres matières, ce sont les "dérivés" de cette technique : le Gintsugi, l'Urushi-Tsugi et Yobi-Tsugi.

Cet art a été très apprécié, notamment des Chajin japonais, pratiquants l'art du thé - Chadô (à prononcer "tchador", la voie du thé). 

Le rapport à l'objet au Japon étant empreint de spiritualité, le fait donner un nouveau souffle, une nouvelle vie à cet objet répondait à la philosophie Wabi-sabi. Continuer l'histoire et ne pas cacher ou faire disparaitre la blessure de l'objet. 

J'ai déjà écrit un article sur cette philosophie esthétique (ici), dont le principe est de se satisfaire du minimum, de ne pas se laisser envahir par le superflu et d'apprécier le passage du temps et l'imperfection de ce qui nous entoure.  

Gintsugi, jointure à la poudre d'argent

Gintsugi signifie "jointure à l'argent". Cette technique est un peu moins onéreuse que sa consoeur à base d'or. Cependant le choix de l'argent dépend surtout de l'harmonie des couleurs entre l'objet et la fêlure. 

 

Urushi-Tsugi, jointure la laque naturelle

L'Urushi Tsugi est, comme les deux précédentes, une technique de jointure, mais cette fois-ci c'est une laque naturelle qui est utilisée, sans addition de poudre métallique. Elle est souvent utilisée pour les tasses ayant une ouverture très réduite car il est alors difficile d'y apposer l'or ou l'argent. 

Yob-tsugi, jointure multi-céramiques

Le Yobi Tsugi est l'incrustation d'un tesson de porterie, différente de la céramique cassée. C'est idéal pour combler un vide laissé par un morceau manquant. Cette technique est indissociable du Kintsugi ou du Gintsugi. 

 

Pour la petite histoire, le Kintsugi est apparu à la fin du XVe siècle, lorsque le Shogun (général militaire qui est le dirigeant du Japon, alors que l'Empereur est, en quelque sorte, le gardien des traditions) Ashikaga Yoshimasa ayant malencontreusement cassé sa tasse, la renvoie en Chine dans l'espoir de la faire réparer par des artisans réputés pour leur finesse. Après quelques temps sa tasse lui revient. Les morceaux avaient été attachés les uns aux autres par des agrafes disgracieuses qui ne comblaient pas les fissures entre chaque morceaux. Mécontent, il demande alors à des artisans japonais de trouver une solution plus efficace et esthétique. Le Kintsugi était né. 

Kintsugi dans l'art, la décoration et le design

 

Ce savoir-faire est arrivé doucement en occident au cours du XIXe siècle, majoritairement grâce aux  collectionneurs qui parcouraient l'Asie à la recherche d'objets qui avaient été réparés selon la techniques du Kintsugi, ces derniers ayant fini par prendre plus de valeur que certaines céramiques intactes. 

 

Ainsi les artistes, décorateurs et designers contemporains ont pu s'inspirer grandement de cet art dans leur travail. C'est le cas du studio de design japonais Nendo (signifiant pâte à modeler), qui combine le Mino-Yaki - type de céramique en provenance de Tono - et l'urushi-tsugi (dernière photo, galerie du haut).

L'atelier Insolite (première photo, galerie du bas), dont je vous avais parlé lors de mes favoris du mois de mai, ou l'artiste Tatiane Freitas, connue pour ses "New old Chairs" (deuxième photo, galerie du bas), mêlent non sans délicatesse et poésie, bois anciens et matières composites, comme la résine biosourcée ou l'acrylique.  

 

 

(Pour les liens: clic clic sur les photos)

 

Alors qu'en pensez vous? Quelle technique à votre préférence? J'aime tout particulièrement le Kintsugi mais l'idée du Yobi-Tsugi m'amuse beaucoup. 

Dites moi si vous appréciez ce genre d'article, un peu plus "culturel". Moi en tout cas, je prend beaucoup de plaisir à les écrire! S'il vous à plu, n'hésitez à aller lire mon article sur le Wabi-sabi, qui va un peu plus loin dans la compréhension de cette philosophie.

 

Je serais absente du 18 au 27 juillet, il n'y aura donc pas d'article la semaine prochaine, mais je vous retrouve le 29 juillet pour de nouvelles aventures déco ;) 


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Dessie (dimanche, 16 juillet 2017 16:52)

    J'adore ! :D
    Le principe comme le résultat
    Et personnellement jadore ce type darticle qui me permette de découvrir des techniques et culture différente :)